Le Fitz Roy, vigie entre l’Argentine et le Chili

Nous partons à la rencontre du mythique Fitz Roy, 8 heures de marche aller-retour depuis le village d’El Chaltén, pour découvrir un sommet brut, sec, acéré culminant à 3 441 mètres, garde frontière entre l’Argentine et le Chili.

Ce nom a été donné par l’explorateur argentin Francisco Moreno, en l’honneur de Robert Fitzroy, capitaine britannique du Beagle, qui emmena un certain Charles Darwin parcourir le sud de la Patagonie.

Argentins et Chiliens se sont longuement disputés la territorialité de la zone autour du Fitz Roy. Un protocole finalement signé en 1893 entre les deux pays stipule que « toutes les terres et toutes les eaux, à savoir lacs, lagunes, rivières, ruisseaux, versants, qui se trouvent à l’Orient de la ligne des sommets les plus élevés de la Cordillère des Andes, feront partie à perpétuité du territoire de la République d’Argentine, et que toutes les terres et toutes les eaux qui se trouvent à l’occident (…) seront considérées comme faisant partie intégrante du territoire chilien ».

Francisco Moreno qui entreprit de cartographier la Patagonie et d’établir des relevés topographiques défendit ardemment la thèse argentine auprès du tribunal arbitral britannique pour que la frontière englobe une vaste zone.

Crédit photo Christelle Marot et Stéphanie Nedjar

De part et d’autre du Fitz Roy, trois pics s’élancent et portent les noms de Mermoz (dont le pilier Est s’appelle Vol de Nuit), Guillaumet et Saint-Exupéry (dont la face Sud s’appelle Le Petit Prince), en hommage aux hommes qui ont bâti la légende de l’Aéropostale en Argentine.

Christelle Marot

Laisser un commentaire