L’Evangelistas

Avec l’Evangelistas dont c’est la dernière saison, nous entamons un périple en mer de quatre jours pour relier Puerto Montt à Puerto Natales, à travers les fjords de la Patagonie chilienne. Le navire fait 114 mètres de long et 23 mètres de large.

Il nous fait traverser des lieux mythiques, des passages aux noms évocateurs et craints par les marins parmi les aguerris : le golfe de Corcovado, le canal Pulluche, le canal Messier, puerto Eden, le canal de Wide et surtout le terrible Golfe de Penas ouvert aux tempêtes, avec des creux de cinq mètres.

Au passage de l’Angostura Guia, le capitaine manoeuvre l’Evangelistas avec précaution. Le navire se faufile entre le rivage et le rocher, il y a 40 mètres seulement de chaque côté de la coque. Un passage délicat qu’il annonce avec une corne de brume.

Dans la cabine du capitaine, un téléphone pour les baleines, un autre pour les dauphins. L’Evangelistas est un navire « vintage », qui a pris la route en 1977. Tout au long de ces quatre jours, nous verrons des cormorans, des canards vapeur, des mouettes à tête noire, des albatros se posant tels des hydravions, des phoques à la dérive et des dauphins. Mais pas de baleine. Pas encore.

Christelle Marot

Un commentaire

  1. Paysages d’une beaute divine ! Cela mérite bien d’affronter les oceans. Je me souviens de Michel qui m’a raconté callotcette traversée en bateau. J’espère que vous eviterez la tempête.

Laisser un commentaire