Chili, deuxième région

Après deux posts liés à l’actualité chilienne, nous reprenons la narration nord-sud de notre voyage au Chili. Nous reviendrons sur les événements qui secouent le pays ultérieurement.

Dans la deuxième région, se trouve la ville minière d’Humberstone. Une mine de salpêtre, dont la production était exportée dans le monde entier. Le salpêtre, c’est le nitrate de potassium, composé nécessaire à la fabrication des engrais de synthèse.
La mine ferme dans les années 1960. Mais le climat sec de la région a préservé les bâtiments, et tout ce qu’ils contenaient, donnant à Humberstone l’aspect d’une ville fantôme abandonnée du jour au lendemain.

Des salles entières sont dédiées aux objets retrouvés sur place. Des inventaires incroyables. Des murs entiers remplis de jouets. D’outils. D’autres de chaussures. De vieilles radios. D’interrupteurs électriques. D’autres de boîtes de conserves. Une autre salle recèle une collection de portes et fenêtres qui donne à la pièce un air d’univers à la Cornelis Escher.

Je vous propose ici une ode à la boîte de conserve, que Rauschenberg lui-même n’aurait pas reniée.

Ces objets inanimés n’ont-ils donc pas une âme ? Des couleurs d’Angleterre, du lait concentré de Hollande, des antipasti de Florence, de la mortadelle de Bologne, des crevettes de la Nouvelle-Orléans, du lard de New-York, du thé chinois empaqueté à Londres, témoignages du monde d’hier.

Et puis aussi, avant d’être exposées, ces boîtes ont eu une seconde vie, celle que leur ont donné les enfants des mineurs, qui s’amusaient avec quelques bouts de ficelle et des boîtes de conserve. Là aussi, drôle d’inventaire.

Mais je ne suis pas la seule, à aimer Humberstone. Pablo Neruda, lui-même, en a fait un poème – Une ode au salpêtre.

Salitre, harina de luna llena
Cereal de pampa calcinada
Espuma de las aseras arenas,
Jazminero de flores enterradas.
Polvo de estrella hundido en tierra obscura
Nieve de soledades abrazadas,
Cuchillo de nevada empunadura,
Rosa blanca de sangre salpicada.

Salpêtre, farine de pleine lune
Céréales de pampa calcinée
Mousse des sables caillouteux,
Jasmin de fleurs enterrées.
La poussière d’étoile s’enfonce dans la terre sombre
Neige des solitudes embrassées,
Couteau de neige,
Rose blanche du sang éclaboussé.
Pablo Neruda.

Stéphanie Nedjar

2 commentaires

  1. l’esthetique existait encore dans ce temps revolu, meme sur les boites de conserve.
    ca pourrait inspirer Arman….
    En Venetie, il existe une tradition mi mars (cella marzo)qui consiste pour les enfants à se promener le soir avec autant de boites de conserve que possible, toutes reliees par un fil, et faire le maximum de bruit. ce bruit doit effrayer la sorciere de l’hiver (l’enfer), la chasser et laisser place au printemps (le soleil).
    peut etre les enfants de Humberstone y pensaient aussi…

    pourquoi donc ce village porte t il un nom anglophone ?

    1. Bonjour Evelyne ! Nous irions bien faire un tour en Vénitie photographier ces enfants qui font perdurer une tradition d’un autre temps – Je les imagine presque avec des blouses comme sur les clichés de Doisneau et autres photographes réalistes d’après-guerre.
      Dans un autre registre : Humberstone est le nom du fondateur de la Compania de Nitratos del Peru (en 1873).
      Grosses bises – Steph

Laisser un commentaire