Les espaces naturels en danger

Sans doute jugés inutiles, trop peu exploités, les grands espaces naturels sont la proie de l’administration Trump… Inventaire non exhaustif pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi le dossier de près.

L’EPA
. Dès son arrivée, Donald a nommé un nouveau directeur de l’Agence de protection de l’environnement, Environmental Protection Agency (EPA), une administration de 15 000 employés dotée d’un budget de 8 milliards de dollars. Il s’agit de Scott Pruit, attorney general de l’Oklahoma (ministre de la justice local), qui en 6 ans de service à Oklahoma City, Pruitt a intenté 14 procès administratifs à l’EPA et dans 13 cas au nom de l’industrie pétrolière !
. Pruitt a commencé par faire retirer la page « Global Warming » du site de l’EPA et dans les travaux de cette administration le terme ‘’changement climatique’’ a été remplacé par celui ‘’d’extrêmes climatiques’’.
. Puis Pruitt a demandé une coupe de 31% de son propre budget, entraînant la suppression de 3000 postes de fonctionnaires et scientifiques et une réduction de 72% des fonds alloués à la promotion des énergies alternatives…

Les espaces naturels
. Deux monuments nationaux de l’Utah ont été amputés de moitié.
. On a permis l’exploitation de terres inviolées dans le Wyoming et en Californie après qu’on a découvert qu’elles regorgent de ressources naturelles.
. Le feu vert a été donné aux travaux des pipelines Dakota Access et Keystone XL, dont les débuts avaient provoqué l’affrontement de Standing Rock entre les Indiens de la réserve et les forces de l’ordre en 1973. « Ce n’est pas à nous qu’on apprendra ce qu’est le viol d’une terre. A vous, maintenant, de la vivre », a commenté Casey Camp-Horinek, matriarche de la nation Ponca, et présente à Standing Rock en 1973.

Nos chers conservateurs
A côté de ça,  Kathleen Hartnett White, lobbyste dans des think tank de conservateurs, se fait le nouveau chantre du pétrole. A la radio, pendant la promotion de son livre Fueling Freedom (« carburer librement »), elle explique ainsi :
« Ces fossiles reviennent, en brûlant, pour amplifier nos vies et faire à notre place le travail que nous devrions accomplir ». Elle compare les écologistes à « une secte païenne adorant le soleil et le vent » et décrit un monde livré aux énergies alternatives comme « moins sûr, moins propre et moins libre ».

Et la marmotte pendant ce temps là, elle met le papier alu…

« Cette chose que nous appelons l’Amérique vit moins dans ses institutions politiques que dans ses montagnes, son ciel et ses mers ». Paul Strand, photographe.

Stéphanie Nedjar

3 commentaires

  1. Et tout cela en continuant de participer aux discussions internationales sur la transition climatique ?. Quel honteux déni. Quant à Madame Hartnett White, ne serait-elle pas atteinte d’un étrange syndrome ?…

  2. Sait-on s’il y a eu des réactions internes ou la tentative d’exercice de contre-pouvoirs au sein de l’EPA ?
    Comment expliquer qu’à ce point les sceptiques soient aussi majoritaires et efficaces ??

    1. Il y a eu de nombreuses démissions de gens probablement écoeurés. Mais je n’ai pas vraiment de réponse à cette question. Question synonyme : Pourquoi pas de procédure d’impeachment ? Je suppose qu’il faudrait une connaissance plus fine des institutions américaines.

Laisser un commentaire