La Columbia n’est pas un long fleuve tranquille

Si dans les cultures amérindiennes, les fleuves revêtent une dimension sacrée, dans l’esprit des Européens partis à la conquête de l’Ouest ils n’auront qu’un sens utilitaire – Et la Columbia River, comme beaucoup d’autres, exploitée jusqu’à la lie.

Pas franchement navigable en raison des rapides et des bancs de sable qui en balisent le parcours jusqu’à son embouchure incluse, les négociants et les industriels n’ont d’abord eu de cesse de vouloir en faire une liaison maritime majeure. On a construit des jetées à l’embouchure du fleuve afin d’améliorer l’avancée du fleuve dans l’océan, construit des canaux et des écluses pour en réguler le débit, déplacé des bans de sable, et même dragué le fleuve. Objectif annoncé en 1905 : creuser sur 12 mètres de profondeur – Un travail de Sisyphe achevé seulement en 1975… Les saumons ne retrouvaient plus leur chemin.

En parallèle, on a compris que la puissance du fleuve pouvait être un atout pour la production d’énergie hydroélectrique. Sur certains tronçons du fleuve on trouve des barrages à chaque mile… La vie des saumons est devenue un enfer.

Et puis comme si cela ne suffisait pas, entre 1944 et 1971, un site de production de plutonium installé sur le rivage,a rejeté directement dans le fleuve les eaux utilisées pour le refroidissement des réacteurs… Les saumons sont devenus phosphorescents.

Un ancien de la tribu des Yakamas, installée dans cette région, disait en 2014 au Earth Island Journal : « Nous ne pouvons pas plier bagage et émigrer, car la rivière Columbia est notre maison ».

Depuis la fin des années 1980, les gouvernements ont multiplié les opérations de décontamination. Elles sont encore en cours, sous la surveillance et la pression constante des organisations non gouvernementales et des citoyens. Non, décidément, la Columbia River n’a pas été laissée en paix.

Stéphanie Nedjar

2 commentaires

  1. Au moins, on peut supposer (espérer ?) que les éoliennes tournent avec le vent et non grâce à un groupe électrogène 😉

Laisser un commentaire